Je participe à un fonds citoyen

Résumé

Pour enrichir son programme de visites à domicile socio-techniques, le CEDER expérimente un fonds citoyen d’aide aux travaux permettant d’approfondir l’accompagnement des familles, principalement locataires, en mobilisant un collectif de citoyens pour alimenter et gérer ce fonds.

Constat

Nous réalisons des visites au domicile de personnes en situation de précarité énergétique depuis 2012 en partenariat avec les travailleurs sociaux du Haut Vaucluse. Au fil du temps, il est apparu que la sensibilisation du ménage et le travail sur les écogestes ne sont pas suffisants pour faire diminuer durablement la consommation d’énergie des ménages et les aider à sortir de la précarité énergétique. Dans les logements des ménages visités en 2016, des travaux seraient nécessaires dans 83 % des cas.

Il s’avère que dans 94 % des cas, les familles visitées sont locataires et ne sont donc pas à même d’accéder aux aides existantes pour réaliser des travaux dans leur logement. Pour ces familles, nous manquons d’outils pour motiver leurs propriétaires à mettre en place des travaux de rénovation énergétique et apporter une première réponse d’amélioration de la situation avec de petits travaux relevant du locataire.

Nous avons réalisé une étude de préfiguration pour la mise en place d’un Fonds Social d’Aide aux Travaux de Maîtrise de l’Energie (FSATME) en 2012 mais les financeurs publics n’ont pas souhaité abonder ce fonds.

Soutenus par la région PACA et par AG2R LA MONDIALE, nous testons le premier fonds citoyen d’aide aux petits travaux de maîtrise de l’énergie.

Objectifs

Ce projet a pour objectif d’impliquer des familles en précarité énergétique au sein d’un collectif de citoyens pour créer et gérer un fonds privé d’aide aux travaux. Ce fonds aura vocation à financer tous types de travaux non éligibles aux aides existantes et devra en particulier, permettre de financer des petits travaux à la charge des locataires.

Un fonds géré par un collectif de citoyens

Avec ce projet, nous voulons mettre la citoyenneté à l’honneur en donnant à chacun une place active : partenaires associatifs, bénévoles, bénéficiaires de l’aide et financeurs seront réunis au sein d’un collectif.

Ce dernier sera impliqué dans toutes les étapes du projet, depuis la définition des critères d’attribution jusqu’à la collecte des fonds.

Animé dans un premier temps par le CEDER, ce collectif a vocation de s’autonomiser au fil du temps.

Un fonds alimenté par financement participatif

Nous souhaitons alimenter le fonds par des campagnes de financement participatifs (crowdfunding). L’argent ainsi collecté pourra ensuite être investi dans les projets qui en ont besoin sans devoir correspondre aux critères des aides publiques.

Un fonctionnement donnant–donnant pour un résultat gagnant-gagnant

L’ensemble des familles qui bénéficiera du fonds devra s’impliquer dans le collectif, donner un peu de temps. Cette participation des bénéficiaires leur permet de ne pas être redevables d’une organisation mais d’y avoir « fait sa part » et d’être valorisés sur leur action.

Un projet contenu ajustable

Il est fondamental pour nous de laisser une vraie marge de manœuvre au collectif. Ainsi, nous nous laissons l’opportunité d’être surpris et de voir le projet s’enrichir d’idées et d’énergies que nous n’avons peut-être pas imaginées au démarrage.

Un projet pilote

Ce projet est une expérimentation ambitieuse d’un rapport différent entre technicien, citoyen et bénéficiaire, et dans le type de collecte de fonds dans le domaine de la précarité énergétique.

Nous allons donc mettre en place un processus d’évaluation fin qui permettra de documenter cette expérience sur ce qui aura bien ou moins bien marché. Notre ambition est que la démarche que nous mettons en place puisse être, au moins en partie, reproductible et nourrir d’autres projets.

Territoire test

Le fonds citoyen sera mis en place dans l’Enclave des Papes, soit un ensemble de 4 communes du Nord Vaucluse, représentant environ 15 000 habitants.

Partager