Je suis un travailleur social

La précarité énergétique peut se définir comme l’incapacité pour un ménage à chauffer correctement son logement à un coût acceptable.

La loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 défini quant à elle à la précarité énergétique de la façon suivante : « Est en situation de précarité énergétique toute personne ou famille qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat ».

La précarité énergétique est principalement liée à deux facteurs :

  • la faiblesse des revenus de certains ménages ;
  • la mauvaise qualité thermique du parc des logements français (les ¾ du parc sont en classe D, E, F ou G). Elle est aussi fortement impactée par les coûts de l’énergie.

Il est d’usage de considérer qu’un ménage est en précarité énergétique s’il consacre plus de 10 % de ses revenus aux dépenses d’énergie. Ajoutons à cela les familles en privation de chauffage, c’est-à-dire celles qui ont abandonné l’idée de se chauffer correctement.

Selon un rapport de l’Observatoire National de la Précarité Energétique (ONPE) de novembre 2016, 5,6 millions de ménages, soit plus de 20 % des ménages français sont touchés par la précarité énergétique soit 12,1 millions d’individus.

Actions du CEDER contre la précarité énergétique

Le CEDER s’implique depuis 2009 dans la lutte contre la précarité énergétique en Haut Vaucluse et porte depuis 2014 un poste d’écodiagnostiqueur (i.e. technicien spécialisé dans la lutte contre la précarité énergétique). Depuis juillet 2017, le CEDER peut aussi intervenir en Drôme Provençale.

Dans ses actions de lutte contre la précarité énergétique, le CEDER est soutenu par le Conseil Départemental 84, la Région PACA et AG2R LA MONDIALE.

Les interventions du CEDER se font à différents niveaux :

  • Animation d’un réseau local de lutte contre la précarité énergétique,
  • Information et formation des travailleurs sociaux sur les thèmes liés à la précarité énergétique
    • Lecture et analyse de factures d’énergie,
    • Repérage de la précarité énergétique,
    • Lecture du diagnostic de performance énergétique d’un logement et prise en compte de l’aspect énergétique dans la recherche de logement.
  • Accueil de familles lors de permanences,
  • Ateliers de sensibilisation à la maîtrise de l’énergie,
  • Visites à domicile socio-techniques.
    • Faire correspondre les consommations d’énergie, les caractéristiques du logement et l’usage qui en ai fait,
    • Faire émerger des pistes visant à faire baisser la consommation et/ou d’améliorer le confort du ménage.
  • Possibilité d’intervention auprès de locataires du parc public pour la prise en main du logement suite à une réhabilitation.
Depuis juillet 2017, un projet pilote est mené sur le territoire de l’Enclave des Papes (84) avec le soutien de la région PACA et d’AG2R LA MONDIALE dans le cadre de l’appel à projet « Porteurs d’idées énergétiques ». Il s’agit de la création d’un fonds citoyen d’aide aux petits travaux à destination des ménages en précarité énergétique.

Les visites à domicile visent les personnes qui ont de trop grosses factures d’énergie ou qui sont en privation d’énergie. Les ménages aux revenus modestes selon les critères de ressources de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) peuvent être orientés vers ce type d’accompagnement.

Parmi ces critères, on retrouve :

  • le ménage a des problèmes pour se chauffer,
  • le logement est très humide et/ou mal isolé,
  • le ménage présente des factures très élevées,
  • le ménage souhaite apprendre à économiser l’énergie,
  • le ménage vient d’intégrer un logement qui paraît mal isolé.

Les justificatifs de ressources acceptés sont : attestation CMU ou facture d’électricité avec tarif première nécessité (TPN) ou avis d’imposition ou numéro fiscal de référence et numéro d’avis d’imposition.

Après un premier entretien avec le ménage, vous adressez par mail la fiche d’orientation  à l’éco-diagnostiqueur accompagné d’un justificatif de ressources. L’éco-diagnostiqueur prend ensuite contact directement avec la personne pour réaliser la visite.

Actuellement, les visites sont possibles en Nord Vaucluse et sous conditions en Drôme Provençale. Nous contacter pour plus d’informations.

  • Analyse des factures

On apprend aux personnes lire leurs factures et à comprendre les informations qu’elles contiennent.

  • Identification des principaux consommateurs d’énergie

La visite du logement avec ses occupants permet d’identifier les principales sources de consommation d’énergie. Ce moment peut être l’occasion de mettre en évidence des défauts ou dysfonctionnement qui contribue à la surconsommation d’énergie. Au cours de la visite, du petit matériel économe est distribué à la famille en fonction de ses besoins (ampoules, multiprises avec interrupteur, matériel hydro économe…).

  • Solutions adaptées

Une fois que le ménage a compris le lien entre l’énergie qu’elle consomme et ce qu’elle paie, on recherche avec elle des solutions qui vont permettre de faire baisser cette consommation d’énergie et/ou de gagner en confort (avoir moins froid l’hiver). Les solutions peuvent être de 3 types :

  1. celles qui demandent de changer des habitudes de comportement et/ou d’usage ;
  2. celles qui nécessitent un petit investissement (ex. changement d’un appareil défectueux, installation de rideaux pour les fenêtres…);
  3. celles qui demandent des investissements plus lourds (ex. travaux de rénovation énergétique).
  • Bilan

Suite à la visite, un rapport est envoyé à la famille et une copie est envoyée par mail à la structure qui l’a orienté pour qu’elle puisse l’utiliser dans le suivi. Si besoin, et selon la volonté de la famille, le propriétaire et/ou d’autres partenaires peuvent être contactés.

La visite dure de 1h30 à 2h.

L’objectif est de rendre les ménages acteurs de leur consommation d’énergie pour que les changements d’habitude soient mis en place consciemment, délibérément et s’inscrivent dans la durée.

L’atelier de sensibilisation interactif propose aux participants de s’interroger collectivement sur le contenu de leurs factures, sur leur consommation d’énergie et in fine sur des pistes d’économie d’énergie.

Partie I (1h) : Par équipe de 2 ou 3 personnes, une feuille de route à la main, les participants vont visiter 4 stands thématiques (éclairage, lecture de facture, consommation d’eau et cuisine). Ensemble, ils vont tenter de répondre aux questions thématiques posées.

Partie II (1h) :  Présentation d’un diaporama servant de support à un échange interactif animé par l’éco-diagnostiqueur.

Après l’atelier, les personnes qui veulent aller plus loin peuvent être orientées vers une visite à domicile.

Public : 8 à 16 personnes.

Accessibilité :
– Sous conditions de ressources (justificatifs à fournir par la structure partenaire).
– Une partie des participants doit maîtriser l’écrit pour lire et remplir la feuille de route qui va les guider dans les différents espaces.

 

Matériels : Une pièce calme et assez spacieuse avec 4 tables éloignées les unes des autres et un écran ou un mur blanc pour une projection vidéo.

Tarif : GRATUIT

Le CEDER s’occupe de l’animation.

La structure partenaire s’occupe d’inviter le public et de fournir les documents dont le CEDER aura besoin pour justifier de l’atelier : justificatif de revenus des participants (attestation CMU ou facture d’électricité avec tarif première nécessité (TPN) ou avis d’imposition ou numéro fiscal de référence et numéro d’avis d’imposition). Elle s’engage à ce qu’un minimum de 8 personnes soient présentes à l’atelier.

 

Partager